One shoty shot

C’est l’histoire d’une petite séance de démonstration de puissance entre une géante et un mini. Vous inquiétez pas, rien de bien méchant, que de la complicité !

~Giantess – Gentle – Humiliation – Muscle~

« Mais… qu’est-ce que tu fabriques Arthur..? »

« Je… hum… Je me sens pas… super bien… »

La tête qui tourne et les pensées fuyantes, je fais de mon mieux pour garder l’équilibre, tâche qui s’empire au fur et à mesure que le temps passe.

« Je crois que je vais… »

« Attends, attends.. Assis-toi s’il te plaît. »

Qu’est-ce qui m’arrive..? Je sens des fourmis dans mes doigts, puis elles remontent le long de mes mains, courent sur mes bras et prennent d’assaut ma poitrine.

« Mélanie ! Mélanie aide-moi !!! Enlève les !!! Elle me veulent du mal !! »

Dans un délire fiévreux, je me débats du mieux que je peux alors que mes forces se dissipent.

« Chuuut Arthur… Chuuut, il n’y a rien… Pas de fourmis, rien. Tout va bien se passer… Je suis là, je suis là… »


« Mmmh… Qu’est-ce qui s’est passé..? »

Je m’étire douloureusement après un lourd sommeil.

« J’en sais rien… Mais c’est dingue. »

Qui c’est ??! Cette voix ressemble à celle de Mélanie, mais elle est tellement plus…forte.

Je tourne alors la tête, paniqué, mais tout ce que je vois est une longue allée bleue, avec le vide de chaque côté. C’est en passant mes mains sur le sol rugueux puis en me mettant à quatre pattes que je m’aperçois que je suis entièrement nu. Quelle sensation étrange que de se coucher habillé et de se réveiller sans rien sur le corps. Surpris, je décide de m’asseoir sur mes talons et de mettre une main sur mon entrejambe, histoire de cacher un minimum mes fesses et mon sexe.

« Hihi… J’ai été obligée de te les enlever, désolée ! »

Malgré le volume élevé de la voix, je trouve qu’elle n’en est pas moins mignonne, et puis elle me fait vraiment penser à celle de Mélanie. Seule hic : elle semble venir de très loin au-dessus de moi.

Doucement, extrêmement doucement, je relève la tête. Dans mon champ de vision passent ce qui me semblent être au loin une table et une fenêtre, mais les échelles ne collent pas du tout. Finalement, alors que je me tords le cou, je vois en hauteur, et à l’envers, la tête de Mélanie. Ses yeux d’habitude si envoûtants de par leur bleu profond, semblent désormais assez grand pour me noyer dedans.

Je reste bouche bée, les mains posées entre mes jambes et les bras ballants.

« Coucou.. hihi.. »

Son sourire aux dents éclatantes rayonne de joie, et me donne instantanément confiance : je sais qu’elle ne me veut pas de mal.

« Haha, euh… Salut. »

« Oooh ta voix est toute petite ! Comme toi, t’es trop mignon ! » Dit-elle d’un ton excité.

« Et la tienne est aussi grande et forte que toi.. » Je lui réponds avec hésitation, c’est vrai que j’ai du mal à croire ce qui se passe.

« Ah oui, je suis forte ? »

En disant cela, Mélanie lève un gigantesque bras dans les airs et le plie afin de fléchir son biceps. Il y apparaît alors une bosse, démontrant que cette fille est effectivement plutôt musclée.

« Ah bah oui tu as raison, hihi !! »

Mélanie sait parfaitement que pour une fille elle est plutôt musclée, et elle en est très fière. Lorsqu’elle en a l’occasion, elle aime montrer cet atout.

Si elle possède ce physique imposant, c’est grâce à l’athlétisme qu’elle fait. Sa spécialité est le 200m, une épreuve qui transforme les championnes en mannequin… Enfin, pour ceux qui aiment les filles plutôt musclées, comme moi. Elle n’est pas non plus trop baraquée, avec de larges épaules et des abdos creusés, mais ils sont quand-même apparents, et je trouve ça très charmant. Quand à moi, je fais aussi de l’athlé, et dans le même club que Mélanie, c’est pour ça qu’on se connaît. Si jamais ça vous intéresse je suis brun aux yeux noirs, et assez bien taillé.

En revanche j’ai fréquemment des problèmes de dos, et même si on s’en bat les steaks et bah là je sens que ça me tire, c’est pourquoi je décide de baisser la tête, ça me faisait trop mal.

De dos à Mélanie, j’observe sa jambe qui semble s’étendre vers l’horizon pour finalement s’arrêter et former une chute interminable. En me retournant pour pouvoir à nouveau la regarder, je m’aperçois qu’elle a disposé ses mains de chaque côté de mon petit corps.

« Tiens Arthur, ça doit te faire mal de te tordre le cou comme ça, tu devrais venir sur ma main, et comme ça je te monte jusqu’à moi ? » dit-elle avec le sourire.

« Mmh, c’est que je suis… »

« Ah ! Oui c’est vrai, j’ai vu ça. Tu sais ça ne me dérange pas, et puis tout à l’heure il a fallu que j’aille te chercher dans tes vêtements et puis après je t’ai mis sur ma cuisse. »

En prononçant cette phrase, je sens mon sol gonfler et se durcir. Ce n’est autre que Mélanie qui a fléchi son quadriceps, c’est juste… adorable.

« Ah bah dans ce cas. » Sans faire plus de chichi, je décide de me lever et de marcher jusqu’à sa paume de main, sans retirer les miennes de devant mon sexe.

« Allez, c’est partiii !! » Tout en parlant, Mélanie lève sa main, et je suis surpris par la facilité avec laquelle elle le fait : on dirait que je ne pèse plus rien !

« Oooh mon Dieu, comme tu es léger ! Tu n’es plus le tas de muscles que j’ai connu ! »

« Héé, comment ça ! J’ai toujours mes muscles, regarde ! »

Je contracte alors les abdos pour lui montrer, ce qui a pour résultat d’impressionner sérieusement Mélanie.

« C’est toi, regarde comme t’es devenue grande ! Par rapport à moi, ta force s’est multipliée par je sais pas combien ! »

« Mmmh… » elle regarde dans le vide, pensive. « C’est vrai ça, comparé à toi je suis devenue ultra forte.. Je parie que je pourrais désormais te maîtriser, sans même me fatiguer… » Cette fois son regard me tombe dessus, et il est digne d’un… prédateur. J’en frissonne.

« Hé doucement la miss, je reste quand-même un homme, et puis n’oublie pas qu’à la salle de muscu on jouait pas du tout dans la même cours. Haha ! »

« Oooh oui je sais… » Sa main libre s’approche dangereusement de moi.

« Mais tu sais… » Elle fait marcher son index et son majeur le long de son autre poignet, comme une fille marche séductivement vers un homme… Ou comme un prédateur s’approche de sa proie.

« La roue peut tourner… » Gloups.

« …très vite. »

Sur ce, ses doigts me marchent sur les pieds, puis ils remontent mes mollets et mes cuisses en 2 pas. Elle garde ensuite son index posé sur mes jambes (la seule pulpe de ce doigt recouvre mes deux cuisses !) et elle apporte son majeur sur mon front, puis commence doucement à forcer.

Elle veut me soumettre à son doigt !

Bien sûr, comme je ne veux pas me laisser faire, je commence à gainer, mais je ne peux utiliser mes bras car ils conservent ce qui me reste d’intimité. Cela résulte en un gainage forcé des abdos, et ils se sculptent donc sur mon ventre. Cela ne passe pas inaperçu.

« Wow… Dis donc, tu es musclé pour un mini homme de 5cm.. »

« Arg !! »

Je la sens gagner du terrain, mais je ne veux pas me laisser faire ! Je continue donc à me battre contre sa force titanesque, mais je sens que malheureusement sans mes bras ça va être très compliquer de résister..

« Hé bah alors, tu ne comptes pas utiliser tes bras..? Tu sais moi je n’utilise qu’une main, mais à voir comme tu galères je t’offre le droit d’utiliser tes deux bras… Après tout, j’utilise quand-même deux doigts. Hihi ! »

Oui elle a raison, à ma taille ce serait loyal que je me batte à armes égales ! Et encore, ses doigts sont plus grands que moi, alors est-ce qu’on peut vraiment parler de loyauté ? Raah tant pis, je compte pas me laisser faire ! C’est avec une nouvelle envie de me battre que j’attrape son majeur de mes deux mains, puis je me mets à forcer. Malheureusement, mes efforts ne sont pas honnêtement gratifiés car je ne gagne que très peu de terrain, alors que j’ai l’impression de tout donner.

« Ooooh… Et bah alors, ce sont de sacrés biscotos que tu as là… Tes bras sont si musclés, mmmh… Ça me donne faim. Mais même si c’est triste pour toi, il faut que je t’avoue que je force à peine. »

« Quoi ??! »

Je me suis exprimé bien plus fort que ce que j’aurais voulu, mais l’effort complet que je fournis me fait perdre la notion de mesure.

« Hihihi, oui ! Tu veux que je te montre ce que c’est que forcer ? »

Sans attendre la réponse, je sens son majeur me tomber dessus. Je ne peux même pas résister à la pression exercée, c’est comme si j’essayais de repousser un énorme bloc de roche. En une fraction de seconde, je suis plaqué au sol par son simple majeur.

Me voilà désormais abattu, dégoulinant de sueur, nu, et surtout entièrement,à sa merci. Je vois, malgré la présence de son énorme doigt, que ses yeux ne regardent plus les miens, mais qu’ils se posent plus bas sur mon corps.

« Mais, qu’est-ce qu-… Non, j’y crois pas !! » S’exclame Mélanie, visiblement comblée.

Je regarde à mon tour ce qui peut tant l’intéresser, et je m’aperçois à mon plus grand malheur que j’ai une gaule dure comme du bois. Absolument abasourdi je relève les yeux vers Mélanie qui me regarde de nouveau.

« Vilain petit cochon ! Elle t’a plu ma démonstration de force, hein ? »

« C’est que, euh… Je ne pensais pas que… Mais… Enfin… Oui… C’était super excitant. »

Un sourire gigantesque se dessine sus son visage, puis je la vois rougir.

« Alors ça c’est dingue… Parce que moi aussi ça m’a excitée… Vraiment… »

Elle retire alors la main qui me dominait jusqu’à présent, puis la glisse hors de ma vue. Je n’ai cependant pas besoin de la voir pour savoir ce qu’elle compte en faire : elle veut se doigter.

« Arthur… Mmh ! ..Aah.. Est-ce que tu pourrais… me faire un bisous sur le biceps…? »

Toujours sans attendre de réponse, elle me dépose sur son épaule puis apporte sa main libre derrière son crâne. Là, elle attend que j’avance le long de son bras à l’horizontal, et lorsque je m’arrête de progresser elle contracte son muscle. C’est avec surprise que je suis soulevé dans les airs, juste par son muscle qui se contracte. C’est ultra érotique, je m’agenouille alors, et commence par déposer un doux baiser sur sa peau tout chaude.

« Oooh oui, comme ça Arthur… Voilà, tu es bien là… »

Pris d’excitation par sa voix transpirant le plaisir, je me mets à embrasser tout ce que j’ai à ma portée. Je me couche alors sur son bras gonflé, et je me frotte à elle du mieux que je peux, ses gémissements m’excitant encore plus.

« Oooh Arthur… Ce que tu fais là est merveilleux, mais… Je veux plus. »

Sans me prévenir, des doigts trempés s’enroulent autour de mon corps fragile puis me retirent de son bras musclé. Je suis alors transporté dans les airs à grande vitesse, avant d’être présenté face à… son minou ! Je ne sais pas quand est-ce qu’elle s’est déshabillée, mais en tout cas la vue est spectaculaire : le félin transpire de désir, d’anticipation et d’excitation. Une odeur musquée s’en échappe et me parvient aux narines, apportant avec elle des hormones féminines absolument irrésistibles. Quel spectacle.

« Allez, accroche toi à moi si tu ne veux pas te perdre. »

Cette phrase n’a aucun sens car c’est en réalité Mélanie qui m’agrippe le corps entier, mais à ce stade je n’en ai plus rien à faire. Je veux juste être utile à cette Déesse, qu’elle puisse se faire plaisir avec ma vie entre ses mains… Littéralement.

Je pénètre alors dans la caverne trempée qu’est son vagin, et elle entame les fameux va et viens, si libérateurs.

« Oooh… Arthur ! Ah putin !! Comme c’est booon… Allez ! Hen ! HaaAaAaaa… »

Chaque plainte qu’elle lâche produit un tremblement de ses parois vaginales, je suis en adoration de cette femme gigantesque, si puissante. Elle est parfaite.

« Aaah Arthur ! Putin, je vais venir !! Encore ! Encore !! ENCOOOORE !!!! »

Alors que Mélanie jouit, mon pénis qui frottait entre ses doigts dépasse lui aussi le point de non-retour. Ce sont des orgasmes simultanés qui nous frappent en même temps, même si ceux de Mélanie se multiplient et perdurent.

Plusieurs dizaines de secondes plus tard, Mélanie me sort enfin de cette bulle de chaleur et d’humidité, puis elle me pose sur sa cuisse. Malgré le fait que je sois trempé de sa mouille, je sens quand même de la sueur sur sa jambe.

« Wahou… C’était énorme Arthur… »

« À qui le dis-tu ma grande. C’était même carrément gigantesque, titanesque. Comme toi quoi.. »

« Ooh ça oui, tu l’as dit ! Hihi ! »

« Mais au fait Mélanie… Comment ça se fait que je sois comme ça..? »

« Tu veux dire complètement trempé ou tout petit ? » Dit-elle en explosant de rire. Un peu gêné, je me mets quand-même à rigoler timidement.

« Je parlais plutôt du fait que je sois si petit, parce que pour l’autre question j’ai la réponse, haha ! »

« Mais pour celle-là tu l’as aussi. »

« Ah oui..? » Dis-je, légèrement surpris.

« Tu te souviens, il y a… au moins 2 ou 3 ans maintenant, quand on était allongés tous les deux dehors, dans mon jardin. C’était en pleine nuit d’été, et on a vu passé une étoile filante. Ça te dit quelque chose ? »

« Aah oui maintenant que tu le dis c’est vrai ! Et bah ? »

« Et bah tu ne t’en souviens probablement plus, mais j’avais ce soir là dit en rigolant que je souhaitais devenir plus forte que toi un jour.. »

« Ooh.. Tu crois que ça peut être ça ? »

« C’est la seule explication que j’ai trouvée.. Et puis mon souhait s’est réalisé au final, hihi ! »

« Oui c’est vrai ça.. »

« Et ça n’a pas trop l’air de te déranger que je sois bien plus grande et bien plus forte que toi… Hein mon tout petit et tout fragile Arthur..? »

Je rougis comme jamais… Et je sens aussi mon sexe durcir, mais je ne m’en cache pas. « ..Euh, oui… »

« Il n’y a aucune honte à avoir, j’en suis ravie que ça te plaise.. Mais si on se dépêchait maintenant ?? »

« Se dépêcher ? » Dis-je, confus.

« Bah oui, souviens-toi je n’ai fait ce vœu que pour être plus forte que toi pendant une journée, donc demain tu regagneras ta taille normale ! »

Oooh c’est donc ça…

« Allez, Arthur ! C’est l’heure de te montrer ce que c’est qu’une vraie femme ! Quelle chance que tu sois venu chez moi franchement.. »

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s